jeudi 22 mai 2008

L'art de la joie-Goliarda SAPIENZA


Modesta est née le 1er janvier 1900 en Sicile, de père inconnu. Elle a une soeur, mongolienne, qui prend toute l'affection de leur mère. Elle se retrouve bientôt sans famille et est placée dans un couvent où elle devient la préférée de soeur Léonora. Celle-ci décède alors que Modesta n'est qu'une adolescente et la nouvelle mère supérieure l'expédie dans une riche famille sicilienne où Modesta va rester et y faire son apprentissage de la vie, à sa manière.
A sa manière, c'est-à-dire de façon très libertaire:d'abord elle épouse l'héritier de la famille malgré sa différence. La voilà riche et même princesse, libre, avec une volonté farouche de s'instruire et vivre comme elle l'entend. Alors elle va faire un enfant illégitime, connaître des expériences sexuelles variées, mais souvent féminines,être accusée pendant la Seconde guerre mondiale de sympathiser avec les communistes puis finir sa vie paisiblement, entourée de sa famille.

Ce roman est un pavé, 800 pages en version poche, mais il se lit assez vite car la vie de cette Modesta est particulièrement bien remplie. D'ailleurs il débute sur les chapeaux de roue, avec quelques scènes plutôt chaudes. On comprend donc rapidement que l'héroïne ne va pas s'en laisser conter.
Je me suis littéralement laissé prendre au jeu pendant la première moitié du livre, malgré quelques passages difficiles à cerner. La 2ème partie, sans être ennuyeuse, connaissait plus de longueurs qui,à mon avis, n'avaient pas lieu d'être. J'ai eu comme l'impression que Goliarda Sapienza voulait aborder trop de sujets: histoire, psychanalyse, politique, relations intimes, par le biais de longs dialogues tombant un peu comme un cheveu sur la soupe et entraînant une espèce de fouillis, du moins pour moi.

Cela dit, ce fut une excellente lecture, à la fois divertissante et enrichissante.
J'ai trouvé très original le fait que l'auteur se nomme, comme un personnage qui, de loin, a côtoyé Modesta dans ce roman et évoque sa mère.

Je vous conseille donc L'art de la Joie, surtout si vous aimez ces grandes fresques familiales qui se déroulent sur plusieurs décennies.



L'ont lu: le Biblioblog,Papillon,Laure.

Merci à Babelio et son initiative "Masse Critique" qui m'a fait découvrir deux beaux ouvrages. Je suis en retard pour le commentaire de L'art de la joie mais il était resté chez mes parents, que je n'ai revus qu'en mai; mais une fois entre mes mains, je me suis empressée de me plonger dans ce roman.

8 commentaires:

moustafette a dit…

Ca a l'air très romanesque, en effet,et une fresque italienne c'est pas trop courant,alors noté.
Bon retour !

kathel a dit…

Parfois, on ce laisse tenter par le titre d'un livre, là, c'est le nom de l'auteur que j'adore ! Il sonne tellement bien...

Florinette a dit…

J'aime beaucoup les sagas en général donc je pense que ce livre devrait me plaire, mais le nombre de pages me rebute un peu en ce moment par manque de temps...

Karine a dit…

C'est moi aussi le temps qui m'arrête un peu pour me plonger dans une saga... mais je note pour plus tard!

Joelle a dit…

Je n'étais pas vraiment tentée par ce livre mais ton billet me fait maintenant hésiter ! Cela a finalement l'air plutôt intéressant !

sylvie a dit…

ha... j'ai adoré ce livre foisonnant et son héroïne hors du commun. Un très beau et bon roman qui m'a transportée.

Mlle Curieuse a dit…

De mon côté je n'ai pas réussi à aller au bout de ce livre.
Ce livre m'a été offert et qu'elle a été ma surprise lors des premières pages !
Ses scènes un peu crus dés le début mon refroidit et je n'ai pas réussi à me plonger dans cette saga.

Sophie a dit…

MelleCurieuse: je crois qu'il y a plusieurs personnes dans ton cas; c'est vrai qu ce roman peut être assez déroutant.