mardi 28 juillet 2009

L'agneau carnivore-Agustin GOMEZ-ARCOS


Autant vous prévenir tout de suite: âmes sensibles s'abstenir! En effet, ce roman n'est pas à mettre entre toutes les mains car le sujet peut choquer puisqu'il traite d'une histoire incestueuse entre deux frères, dans l'Espagne franquiste des années 50-60.
Ces deux garçons ont grandi dans l'opulence, entre une mère psycho-rigide et un père indifférent et quasiment inexistant, à passer tout son temps dans son bureau.
Ce roman nous plonge dans leur enfance, par un flashback: plusieurs années ont passé, le cadet est de retour dans la maison familiale, seul, attendant l'éventuel retour du grand frère prodigue.

Ce roman (en partie autobiographique), puissant mais profondément dérangeant alors qu'il y a très peu de scènes osées, m'a fait penser au film d'Almodovar La mauvaise éducation. Cette relation n'est à aucun moment condamnée mais pas non plus mise en exergue: non, nous ne sommes pas dans la normalité mais cette relation fusionnelle existe, c'est ainsi. Comme je le disais plus haut, les scènes érotiques sont assez peu nombreuses mais l'enchaînement des mots suffit à mettre le lecteur mal à l'aise. La dictature franquiste n'est jamais loin, souvent évoquée, jamais dénoncée de front.

Ce fut un grand moment de lecture pour moi, mais j'ai l'esprit bien accroché et une capacité à me détacher des faits tout en me passionnant. J'ai été bousculée évidemment mais aussi bouleversée par cette histoire et la justesse du ton; Gomez-Arcos est un grand écrivain espagnol, cela ne fait pas de doute.

Allez voir du côté de chez InColdBlog qui parle de ce roman (culte pour lui) 100 fois mieux que moi.

8 commentaires:

In Cold Blog a dit…

Tu en parles très bien, au contraire. Tu as très bien souligné toute la force suggestive de l'auteur. Le roman prend même parfois des sonorités oniriques...

Jo Ann v. a dit…

Ma meilleure amie m'a offert Ana Non pour mon anniversaire, et je n'ai pas encore osé l'ouvrir... Il me semble être très sombre comme auteur, non ?

Sophie a dit…

InColdBlog: merci!

JoAnn: je ne connais pas le livre qu'on t'a offert mais effectivement L'agneau carnivore n'est pas gai;je pense que ça devrait te plaire quand même.

Bene a dit…

mais c'est que je veux le lire maintenant!! merci de cette trouvaille!
béné: mobylivres.wordpress.com

Sophie a dit…

De rien Béné; désolée d'avoir allongé ta liste de lectures!

Anjelica a dit…

Je passe mon tour, contrairement à toi, j'ai beaucoup de mal à prendre du recul.

Albert a dit…

En recherchant un renseignement sur Agustin, je suis "tombé" sans me faire mal, sur ton blog...j'adore cet auteur...Anna Non a été adapté à l'écran par le frère de Paco Ibanez...le film et le roman sont très émouvant...
D'agustin, j'adore deux romans très brutaux mais d'une beauté d'écriture sans égal: "Scènes de chasse (furtives)" et "Maria Républica" Deux bijoux à lire dans cet ordre je pense à cause de l'ascension d'un style quimélange avec délice le surréalisme à l'hyper-réalisme...un régal!!!!!
Bien à toi, Albert

Albert a dit…

Agustin G.A. est l'un de mes auteurs préférés..à cause de la beauté, de la simplicité de son écriture...à cause de son témoignage d'une époque à la fois révolue et en même temps totalement d'actualité...et surtout en même temps pour le mélange entre deux style opposés et qui chez lui se confondent et dont il se joue avec élégance en faisant sans cesse des "aller-retour" de l'un à l'autre, "le surréalisme" et "l'hyper-réalisme".
Anna Non a été porté à l'écran par le frère de Paco Ibanez, chanteur bien connu des années 60-80.
J'ai surtout adoré "Scènes de chasse (furtives)" et "Maria Républica" à lire dans cet ordre à cause de l'escalade de la description de ce qu'à été le franquisme et toute forme de dictature politico-religieuse...
Bien à toi,
Albert