vendredi 19 octobre 2007

Comme neige au soleil-William BOYD

Ceci est le troisième roman de Boyd que je lis après Un Anglais sous les tropiques, qui m’avait déçue et La vie aux aguets qui m’a enchantée.
Avec Comme neige au soleil, je suis à nouveau assez déçue.

Nous nous trouvons en 1914, quelques semaines avant la déclaration de guerre. Dans l’aristocratie anglaise, certains pensent que la guerre est pour bientôt tandis que d’autres ne l’imaginent même pas. Et pourtant, elle va bien avoir lieu, en Angleterre mais aussi dans ses colonies.
La guerre a donc lieu, elle est finalement beaucoup plus longue que prévu et au Kenya comme ailleurs, elle est meurtrière et en plus, dure encore plus longtemps qu’en Europe car les soldats n’apprendront l’armistice que quelques jours plus tard.

Le lecteur suit donc la Première guerre mondiale depuis l’Afrique, sous un climat chaud et humide.
On côtoie différents personnages : des officiers, des sous-officiers, des Anglais, des Allemands (pas d’Africains, nous sommes au temps de la colonisation !), une femme infirmière épouse d’un officier Allemand (Von Bishop), un Américain propriétaire d’une ferme (Temple Smith), un magistrat. On est donc plutôt dans un univers masculin, guerrier et dominateur. Les principaux personnages sont les deux frères Cobb, Gabriel l’aîné et Félix le benjamin. Tous deux embarquent pour l’Afrique mais pas en même temps ; c’est donc grâce à eux que, pendant une partie du roman, on voyage entre l’Angleterre et l’Afrique, jusqu’à ce que Félix s’engage et nous le suivons alors jusqu’à son retour au bercail et son entrée dans un vrai monde d’adultes qui ont vécu.

William Boyd, sans doute influencé par son enfance en Afrique, au Ghana plus exactement, est inspiré par ce thème de la colonisation et des Anglais qui vivaient hors de leur patrie originelle. En effet, après Un Anglais sous les tropiques qui se passait dans le monde colonial administratif, il a récidivé avec ce roman.

J’ai un sentiment mitigé quant à ce livre : je l’ai trouvé trop long, trop superficiel mais il m’a permis de passer un agréable moment. C’est un roman assez déconcertant pas franchement désopilant mais qui peut sembler léger jusqu’à ce qu’une scène odieuse se profile de temps à autre: tête coupée, membres arrachés par des mines ou des obus, suicide particulièrement glauque et bien détaillé. Forcément, l’ambiance frivole retombe instantanément. Alors voilà, sans m’être ennuyée, ni avoir détesté, je n’ai pas été conquise.
J’ai l’impression que William Boyd a gagné en maturité avec les années et que son vrai talent de narrateur est relativement récent car, entre ce roman écrit au début des années 80 et La vie aux aguets 20 ans plus tard, il n’y a pas photo : le premier est quelconque, le second est excellent.

12 commentaires:

BelleSahi a dit…

J'ai vu la vie aux aguets dans ma bibli, je vais le prendre je crois !

InColdBlog a dit…

Mon préféré de Boyd est sans conteste Les nouvelles confessions. Je te le recommande, ça devrait te réconcilier avec l'auteur.

Joelle a dit…

J'ai "La croix et la bannière" de cet auteur dans ma PAL depuis ... hou ... je ne sais même plus ! mdr !

Lilly a dit…

J'ai lu la moitié de "La vie aux aguets", il est encore en cours. Pour le moment, j'avoue ne pas trop comprendre l'engouement qu'il suscite, même s'il est assez sympa. Si celui ci est carrément quelconque, je pense que je vais passer...

Sophie a dit…

Incoldblog: on m'a prêté Les nouvelles confessions, je vais donc les lire.

Bellesahi: oui, j'ai vraiment aimé ce dernier roman.

Lilly: la vie aux aguets et Comme neige au soleil sont vriament très différents; alors peut-être que toi, tu aimerais Comme neige...

Joelle: je ne connais pas ce roman.

florinette a dit…

N'ayant rien lu de l'auteur, je commencerai donc par celui qui figure toujours dans ma LAL : "La vie aux aguets" !!
Bonne soirée Sophie !

Papillon a dit…

Je suis assez d'accord avec toi sur ce titre que je n'avais pu terminé... ET InColdBlog a raison (unr fois de plus :-))) : Les nouvelles confessions, c'est vraiment excellent !

En fait la production de William Boyd est assez inégale : du très bon, du médiocre et du mauvais...

Anjelica a dit…

Il y a quelques années, j'avais tenté de lire Armadillo et j'avais abandonné.
J'ai tout de même noté celui que tu as aimé "La vie aux aguets', j'espère qu'il me plaira car l'histoire me tente !

patch a dit…

Rien à voir avec le livre, mais quand j'ai vu "Je déménage" sur l'ancien blog, je me suis dit ça y'est...elle revient par chez nous...;o ))
Pour info, on a de la neige depuis deux jours...alors reste au chaud...;o ))

Sophie a dit…

Patch: et non, je ne déménage pas! Aujourd'hui, il pleut chez moi mais c'est toujours mieux que les gelées!

Michèle Dassy a dit…

Bonjour,

j'ai lu tous les livres de William Boyd y compris le best off de ses 3 recueils de nouvelles. J'adore ces romans. J'aime aussi assez bien les romans de G G Marquez, M Vasquez de Montalban et de David Lodge.
J'ai tout lu aussi de ces auteurs. Alors je cherche des noms d'auteurs aussi intelligents et captivants.
Quelqu'un peut-il me conseiller?
Merci d'avance
M. Dassy
PS Je ne fume plus, si en plus je n'ai plus rien à me mettre sous ... les yeux...

Mes romans préférés de William Boyd: Armadillo et L'après-midi bleue

Sophie a dit…

Michèle: et bien, en vrac, je dirais: Russel Banks, Richard Powers, Paul Auster, Tim Winton. Ce sont des auteurs que j'aime beaucoup.