lundi 29 octobre 2007

Train de nuit pour Lisbonne-Pascal MERCIER

C'est décidé, après une bonne semaine à reporter cette note, je m'y attèle! C'est la première fois depuis que je tiens mon blog qu'il m'est particulièrement difficile de parler d'un livre. Apparemment, je ne suis pas la seule car Chatperlipopette a elle aussi du mal à trouver les mots.Et pourtant ce n'est pas faute d'avoir aimé ce roman, bien au contraire; c'est seulement qu'il est si dense et si proche du lecteur que le raconter en quelques lignes me semble être un véritable challenge.
Allez, je me lance quand même!

Le roman débute à Berne, en Suisse, où nous faisons la connaissance de Raimund Gregorius, quinquagénaire et professeur de langues mortes à la vie solitaire et bien huilée. Mais justement, cette routine va soudainement être rompue après la découverte d'un livre autobiographique d'un poète portugais, Amadeu de Prado. Et là, sur un coup de tête, Gregorius quitte Berne, son emploi et sa vie poussiéreuse, direction Lisbonne, en train, afin de retrouver les traces de cet écrivain inconnu qui le fascine tant. Il apprend peu à peu que Prado est décédé, que c'était un éminent médecin extrêmement charismatique, à la vie et aux pensées tourmentées, s'interrogeant sans cesse sur la perception que les autres avaient de lui. Et aussi qu'il a résisté à la dictature de Salazar.
Le lecteur se prend alors de la même passion que Gregorius et savoure. Car oui, j'ai savouré, lu lentement, relu certains passages afin de m'imprégner au mieux des extraits du livre de Prado et du cheminement de Gregorius qui va véritablement cerner la personnalité de son "idole".

Quelle lecture!! J'ai été véritablement fascinée, par le talent de Pascal Mercier d'une part: comment est-il possible d'écrire aussi bien? Et de philosopher (car Mercier est philosophe)sur la vie, comment nous voient les autres, l'âme, la religion...sans utiliser des phrases imbuvables? Fascinée, d'autre part, par Gregorius et sa quête qui le mène à rencontrer des inconnus lui parlant d'un inconnu. Quête à la fois incompréhensible et passionnante, qui modifie le cours de la vie d'un homme ennuyeux qui s'ouvrira au monde, uniquement par la grâce d'un livre.

Je ne peux donc que trop vous conseiller de lire ce roman; ça tombe bien, il sort en version poche (10/18 je crois) en début d'année prochaine. Quant à moi, je vais devoir rendre l'exemplaire qu'on m'a prêté mais je pense me l'offrir car c'est véritablement un livre que l'on lit et relit, par bribes ou en entier pour à nouveau se pourlécher de cette plume incomparable et se questionner sur soi.

Je pourrais continuer encore et encore mais non, j'insisterai simplement sur un point: LISEZ-LE!

16 commentaires:

Wictoria a dit…

En te lisant, j'ai ressenti à peu près la même chose pour "l'ombre du vent" de Zafon, dont le thème est proche : un homme part sur les traces d'un autre, un écrivain. Cela se passe à Lisbonne également.
Je note ce livre à ma LAL !
Bonne journée

Gachucha a dit…

Après l'article de Katell j'ai commandé ce livre, maintenant j'ai hâte qu'il soit là....

moustafette a dit…

Ton article plus 10/18, je ne le raterai pas celui-ci.

Lou a dit…

J'ai failli le lire en partant à Porto. Mais je vais attendre sa sortie en 10/18 alors :o)

Tietie007 a dit…

Merci pour ce compte-rendu !

Alexandra a dit…

Moi aussi j'ai été bouleversée par la beauté de ce récit... et plus le temps passe et plus je me rends compte de ses extraordinaires qualités. Je partage donc ton avis et incite les internautes à ne pas rater ce roman à lire et à relire !
Sa densité est telle que les critiques sont variées, aussi permets-moi de laisser l'url de ma critique : http://livresetdelices.over-blog.com/article-12070769.html

Quoi de plus beau que de partager nos regards sur une oeuvre.
Au plaisir de te lire.

Sophie a dit…

Wictoria: je l'ai "l'ombre du vent", je 'nai donc plus qu'à le lire!

Alexandra: tu as bien fait de mettre le lien vers ton blog.

Les autres; lisez-le!

florinette a dit…

A force de lire vos avis élogieux sur ce livre, je vais finir par craquer !!

Katell a dit…

Oh làlàlàlà quel beau billet! Il m'a remuée car tout de suite j'ai eu des flashs de ma lecture! Tu en parles merveilleusement bien! Si après cela, les lecteurs ne craquent pas, c'est à ne plus rien y comprendre! Donc, en un mot comme en mille: LISEZ-LE!!!!!!!!!!!!!

Sophie a dit…

Merci Katell; et bien, Florinette et les autres, vous savez ce qu'il vous reste à faire!!

Joelle a dit…

Ce titre avait tourné un peu dans mon club de lecture mais j'avais eu peur du côté philosophie en pensant que cela risquait d'être particulièrement incompréhensible ! Apparemment, j'avais tort !

Sophie a dit…

j'avais à peu près le même a priori que toi mais comme j'ai eu l'occasion de l'avoir en prêt, j'ai pu tenter le coup et, même s'il y a des considérations philosophiques, elles sont très rarement obscures.

nina a dit…

Bon et bien je vais voir s'il est sorti en poche demain car il me tente vraiment merci de présenter ce livre que je ne connaissais vraiment pas.

Sophie a dit…

Nina: je crois qu'il ne sort qu'en février en poche.

Marc a dit…

Je voulais juste répondre à Wictoria. 'L'Ombre du Vent' de Zafon ne se passe pas à Lisbonne mais à Barcelone.

sybilline a dit…

Et encore un dans ma Liste A Lire! Quand donc cessera-t-elle de grimper?